INTRODUCTION :

 

Le groupe scolaire Pont-Neuf est classé en Zep depuis janvier 1999, cette redéfinition de la carte des écoles « difficiles » est surtout basée sur des critères sociaux dans un quartier coincé entre l’autoroute et la voie ferrée, qui est rentré depuis peu dans le Contrat de Ville et qui présente des caractéristiques diverses : d’une part des familles vivant dans de très grands et hauts immeubles et d’autre part un ensemble de petites maisons urbaines. Cette mixité se retrouve imparfaitement parmi les enfants scolarisés dans nos écoles puisque faute de secteurs scolaires un certain nombre de familles de ce deuxième ensemble a choisi d’inscrire leurs enfants dans d’autres écoles un peu plus loin mais qui doivent présenter à leurs yeux d’autres avantages…

Pourtant l’équipe pédagogique est engagée dans  une action volontariste orientée vers les enfants et les familles pour continuer à faire de l’Ecole un lieu d’accueil, d’écoute et d’apprentissage où les usagers peuvent trouver toutes les conditions pour construire et se construire en Citoyens de demain, responsables et actifs. Une fois encore, les à-priori ou la méconnaissance éloignent de l’école de quartier qu’est resté le Pont-Neuf, certaines familles qui seraient bien surprises en mettant un pied ou un œil dans son enceinte.

Les moyens mis en place dans l’Ecole (BCD, informatique, équipements…) permettent une qualité des conditions d’enseignement que l’on ne retrouve que dans certaines écoles de Zep grâce aux crédits attribués et aux moyens humains. Ils permettent la constitution de classes aux effectifs plus restreints grâce auxquels on va s’intéresser davantage à chaque élève dans la diversité de ses capacités. Chacun des enseignants qui y exerce est plus qu’ailleurs sollicité, impliqué, à l’écoute et attentif au quotidien de l’Ecole et de ses élèves. C’est donc également à chacun de ses actes, à l’image qu’il renvoie de lui-même, de ses choix pédagogiques, de son action éducative en direction des élèves bien sur mais aussi des parents, des anciens élèves (adolescents et adultes du quartier)…qu’il s’attache.

L’un des objectifs prioritaires est de requérir et d’obtenir l’implication et l’adhésion à la vie de l’Ecole des parents d’élèves, sans cette co-action, sans cette confiance mutuelle les démarches conduites dans les classes ont une portée moins grande et donc une moindre efficacité pour les élèves.

 

Le souci premier des maîtres, par un renforcement sélectif de l’action éducative sera, de rechercher une motivation plus grande des élèves, seule capable de les faire progresser vers davantage d’autonomie pour un apprentissage plus efficace.

 

Quatre axes prioritaires ont été isolés pour permettre d’aboutir à la réussite de nos élèves :

 

-         les apprentissages fondamentaux :

. lire

. écrire

. compter

. parler

-         l’éducation citoyenne

-         l’accès aux différentes cultures :

. Tice

. sciences et technologie

. artistique

. culturelle

. sportive

-         l’aménagement du temps et de l’espace scolaire


 

Bilan Synthétique sur la période écoulée :

 

1° Environnement social:

Le contexte économique et social du groupe scolaire Pont-Neuf évolue en même temps que le quartier

Cf détails version papier

 

2° Les élèves :

Malgré une grande curiosité et une envie d’apprendre certaine, la majorité des élèves a de gros problèmes de concentration et d’écoute. Le manque de sommeil et d’hygiène se généralise. La violence verbale et/ou physique rentre parfois dans l’école, ce qui nécessite une implication et une attention de tous les instants de l’équipe pédagogique. L’apprentissage et l’appropriation par les élèves des règles collectives de vie est un travail à long terme sur lequel les enseignants doivent régulièrement revenir et se mobiliser.

 

3° L’école :

L’école, très démunie il y a quelques années, a pu s’équiper dans de nombreux domaines :

-         Achat d’ordinateurs et mise en place d’une salle informatique commune aux deux écoles ; équipement des classes dont les enseignants étaient volontaires.

-         Création d’une BCD commune aux deux écoles avec achat conséquent de livres chaque année

-         Equipement en matériel de sport

-         Création d’un Centre de Documentation Audiovisuel et début d’équipement

-         Création d’une salle de motricité commune aux deux écoles.

-         Jardins, plantations

Ce qui permet de varier les activités pour les élèves et d’offrir de nouveaux supports pédagogiques  aux enseignants.

Le projet d’Education Citoyenne à l’école avec la mise en place d’un conseil des délégués a permis aux élèves de s’exprimer et de voir certaines de leurs demandes recevoir un avis favorable de l’équipe enseignante (aménagement d’activités pendant les récréations, les cantines…, réflexions sur les règles de cour…)

Les actions proposées par la Zep ont permis à nos élèves de participer à des activités riches. Elles nous permettent aussi de vivre de nouvelles expériences avec les élèves, de leur apprendre à évoluer hors du contexte scolaire et d’avoir des éléments de travail différents.

Ces activités offrent à nos élèves, vivant dans un milieu plutôt fermé, une ouverture et un accès à la culture artistique…

Ils apprennent lors de ces sorties à adapter leur comportement dans un bus, dans une salle de spectacle, dans un musée, sur un stade… Les progrès sont évidents et l’évolution des enfants n’en est que positive.

 

4° L’équipe :

La notion d’un seul groupe scolaire, constitué de deux écoles est maintenant bien partagée dans l’esprit de tous. Les échanges entre nos deux écoles est source d’enrichissement en permettant une certaine ouverture aux élèves et aux enseignants de travailler davantage en équipe.

De nouvelles pistes ont été concrétisées : les groupes de soutien en lecture, les ateliers artistiques, les progressions communes, le site internet, la liaison avec la GS…


Réflexions pédagogiques

 

La volonté est réaffirmée de faire fonctionner les 2 écoles de manière conjointe et étroite. Ce principe s’appuie sur un recrutement commun entre les 2 écoles sur une seule maternelle, sur le passage d’enfants d’une école à l’autre pour éviter de nombreux cours doubles, sur ce projet d’école  et d’autres projets pédagogiques communs, sur l’existence de salles d’activités communes, sur des progressions en passe de devenir communes, sur des évaluations de fin de période qui pourront le devenir, sur l’affectation des 3 aides-éducateurs sur le groupe scolaire…

 

1° Le travail en équipe :

« En matière d’école, l’enseignant est souvent seul face à ses élèves, à l’administration, aux parents, c’est donc vers lui que convergent toutes les attentions et toutes les critiques »

Pourtant, un recours et/ou une aide sont disponibles dès lors que tous les adultes s’y impliquent de manière solidaire et volontaire : c’est le travail en équipe.

Ce groupe qui fonctionne de façon sereine, où chacun peut s’exprimer honnêtement sans craindre d’être jugé, où chacun a la volonté de faire avancer ce travail en équipe en apportant sa contribution au débat, devient un point de référence. Accompagné, aidé, chaque collègue se sent moins seul et même dans sa classe la collégialité de la réflexion peut lui permettre, si l’équipe a été efficace, de trouver de nouveaux points d’appui.

Enseigner en Zep, permet d’enrichir son engagement d’enseignant. Les difficultés et la pertinence de son action permettent au maître de révéler à travers les valeurs humanistes qu’il se doit de véhiculer et de faire partager, un investissement pour offrir aux élèves qui lui sont confiés les mêmes chances d’accès à la connaissance et au savoir pour qu’ils aient ainsi toutes possibilités d’accéder demain à cette vie d’adulte et de citoyen responsable.

 

2° Pédagogie différente et différenciée :

Centré depuis plusieurs années sur l’élève, l’enseignement a évolué vers davantage d’individualisation pour mieux tenir compte des difficultés et des potentialités de chaque élève.

Ainsi en s’appuyant davantage sur les capacités de chaque enfant nous lui permettons de révéler des qualités à travers des domaines qui pouvaient parfois être négligés (les arts, le sport…). L’objectif sera ensuite de réussir en s’appuyant sur celles-ci à créer les conditions d’un transfert vers les autres matières. Nous touchons là au domaine de la motivation et de l’affectif où le rôle de l’enseignant est primordial. A lui de savoir saisir au bon moment cette réussite pour créer les conditions de son transfert. L’école doit donc être un lieu protégé, où l’enfant se sentira en sécurité et où il pourra, à l’écart de toutes pensées dévalorisantes, apprendre et développer ses qualités.

 


Données statistiques :

 

Nombre de classes : 14 élémentaires + 1 classe d’adaptation ouverte

-         7 classes sur PN1

-         7 classes sur PN2

 

Nombre de familles :

-         110 sur PN1

-         112 sur PN2

Nombre d’enfants : 272

-         136 sur PN1

-         136 sur PN2

 

Cf détails version papier

 

Données pédagogiques :

 

Cf détails version papier

 


 

Evaluations communes pratiquées chaque année, qui serviront sur le moyen terme

 

 

 

Cf détails version papier

 

LES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX

 

A/ LIRE

 

1° Constats :

Plusieurs aspects ont retenu notre attention :

1.    Le niveau de lecture des élèves. Les évaluations communes mises en place en cycle II et en cycle III (CNDP de Nantes) nous permettent de dégager les points qui nécessitent toujours un travail spécifique :

ð       La  combinatoire en cycle II

ð       La compréhension et l’anticipation en cycle III.

       2. La faible implication des familles qui disposent par ailleurs de peu ou pas de livres.

       L’attitude pas toujours positive des élèves vis à vis du livre.

3.    Le langage souvent pauvre des élèves, des traditions familiales qui peuvent valoriser la culture orale dans une autre langue.

4.        La BCD dont la gestion est souvent déchargée sur les aides-éducateurs.

 

2° Objectifs :

1.      Renforcer les compétences de lecteur des élèves.

2.      Faire participer activement les familles autour de la lecture afin de rendre l’attitude vis à vis du livre plus positive.

3.      Prendre en compte la tradition.

4.      Intégrer la BCD dans sa pratique d’enseignant pour rendre les élèves autonomes en lecture dans une situation de recherche ou non.

 

3° Moyens :

1.      Travail de soutien en groupes homogènes grâce au décloisonnement à l’intérieur de chaque cycle

2.      Ouverture de la BCD aux familles.

3.      Rencontres avec des conteurs, des auteurs.

4.      Organisation d’animations et d’ateliers pédagogiques pour sa classe à la BCD.

 

4° Evaluation :

1.      Par rapport au niveau des élèves en lecture, les mêmes évaluations seront passées une à deux fois par an :

ð       L’échelle composite de lecture en CP. ( 2 fois par an)

ð       Les tests du CNDP de Nantes pour les autres niveaux et l’évaluation langage/lecture de Toulon II pour les CE1.

2.      Par rapport à l’implication des familles, le nombre de participants en BCD sera un bon indicateur de même que le choix des livres empruntés montrera la motivation des élèves.

3.      Le nombre de participants aux rencontres avec des auteurs servira lui aussi d’indicateur.

4.      Par rapport à la gestion de la BCD, elle sera rangée donc fonctionnelle tout le temps.

 

 

B/ ECRIRE

 

1° Constats

 

a. Graphisme :

 

Il apparaît une grande hétérogénéité dans

-         le soin

-         la rapidité

-         les normes d’écriture

-         les capacités motrices

 

b. Production d’écrits :

 

D’une façon générale, il y a de gros problèmes de

            - langage qui se répercutent sur l’écrit et la lecture

            - structure syntaxique de la phrase et du texte,

            - lexique qui est très souvent pauvre.

 

Les enfants ont des difficultés à écrire un récit en organisant le texte de façon  

            - chronologique,

            - logique.

 

L’imaginaire des enfants est souvent

            - faible,

            - incohérent,

            - stéréotypée.

 

Peu de propositions d’écriture en situation (écrire pour quelqu’un, quelque chose…)

 

La confusion des sons au cycle 2 et l’orthographe lacunaire au cycle 3 brouillent la compréhension et la lisibilité de l’écrit.

 

c. Relecture :

 

Les enfants ne perçoivent pas la nécessité de se relire dans un souci de

            -  vérification

            -  correction

            -  amélioration

 

2° Objectifs

 

a. Graphisme.

 

Au cycle 2, faire en sorte que l’élève soit capable de

            - copier un texte correctement et lisiblement,

            - utiliser correctement l’espace de la page.

 

Au cycle 3, faire en sorte que l’élève soit capable de  copier un texte correctement, lisiblement et rapidement.

 

b. Production d’écrits.

 

Au cycle 2, faire en sorte que l’élève soit capable de :

            - écrire un texte bref répondant à des consignes claires,

            - structurer globalement un texte en l’adaptant à la situation de production,

            - se doter d’une langue écrite correcte et d’une orthographe assurée,

            - tenir compte des contraintes propres à chaque type d’écrit.

 

Au cycle 3, faire en sorte que l’élève soit capable de

            - utiliser les structures et fonctionnements des différents types de textes,

            - réinvestir dans les diverses productions les acquis en orthographe, conjugaison...

 

c. Relecture.

Faire en sorte que l’élève soit motivé pour relire avec attention ce qu’il a écrit.

 

3° Actions :

 

a. Graphisme.

 

Susciter le plaisir de bien écrire en

            - diversifiant les supports d’écriture : cahier, feuille, ardoise, papiers divers...

            - diversifiant les instruments scripteurs : plume, stylo,...

            - proposant des jeux de typographie en classe ou en ateliers.

            - maniant le clavier pour les graphies, l’organisation spatiale de la page et le soin.

 

Recopier une phrase, une poésie… sans faute.

 

b. Langage.

 

Etre très exigeant à tous les niveaux.

 

Augmenter les temps d’échange oral pour développer :

            le vocabulaire,

            - l’imaginaire,

            - la structure     d’une phrase (rituels du matin)

                                   d’un texte (utilisation de boîtes à histoires).

Varier les supports (film, cassette, livre…)

 

c. Production d’écrits.

 

Ancrer l’écrit et ses structures dans la culture des enfants en

            - écoutant en classe ou en ateliers des histoires lues par l’adulte ou les grands élèves,

            - participant à des ateliers de théâtre, poésie...

 

Susciter un véritable plaisir d’écrire et de bien écrire (relecture) en :

-         finalisant les productions par une édition et publication (site, journal, roman, conte...)

-         proposant des ateliers d’écriture ou de jeux d’écriture divers

-         en participant aux actions de la Zep (rencontres et projets d’écriture avec des auteurs…)

-         variant les types de texte (compte-rendu d’expériences, création de poésies…)

 

d. Relecture.

 

Finaliser les écrits.

Elaborer une grille de relecture à utiliser lors de la phase finale d’une production.

 

Evaluation

 

En classe : utilisation correcte de la grille.

 

Entre les classes du groupe scolaire :

            - exposition des différentes productions d’écriture.

            - publication des productions.

            - joutes orales interclasses.

 

 

C/ COMPTER

 

1° Constats:

 

·        Difficultés rencontrées en résolution de problèmes.

·        Géométrie: difficultés à tracer des dessins propres et à être responsable de son matériel.

 

2° Objectifs:

 

·        Lire une consigne.

·        Comprendre les énoncés de problèmes.

·        S'interroger sur l'ordre de grandeur d'un résultat.

·        Utiliser correctement du matériel de géométrie.

 

3° Actions:

 

·        Progressions communes à chaque niveau pour les deux écoles.

·        Travailler spécifiquement sur  la compréhension des énoncés de problèmes. (Repérer les informations essentielles, supprimer les informations inutiles, se poser les questions intermédiaires etc…)

·        Pratiquer plus régulièrement la géométrie: pour le cycle 3, à l'aide de fichiers autonomes de reproductions de figures; pour le cycle 2, à l'aide de frises géométriques. (Bonne utilisation de la règle, de l'équerre et du compas.) et de logiciels

·        Organiser un concours de résolution de problèmes et une exposition de dessins géométriques une fois par trimestre.

·        Proposer des jeux mathématiques en ateliers du midi.

 

4° Evaluations:

 

·        Evaluations communes par niveau qui restent identiques chaque année.

·        Résultats des concours. (internes à  l'école et nationaux)

·        Qualité des dessins géométriques de l'exposition et des problèmes

 

 

D/ PARLER

 

1° Constats :

Registre de langue faible, au niveau du vocabulaire et de la syntaxe. Ceci pour plusieurs raisons :

-            langue française peu ou pas pratiquée dans certaines familles, du fait des origines culturelles de celles-ci ( maghrébines et gitanes ),

-            niveau  social souvent défavorisé,

-            faible rapport au livre et plus généralement à la culture,

-            rareté des échanges verbaux syntaxiquement corrects

 

2° Objectifs :

 

Améliorer la pratique orale de la langue par l’enrichissement du bagage linguistique de chaque enfant et par le développement de ses compétences langagières.

 

3° Actions :

 

L’enseignant, en tant que référent pour les élèves, se doit d’être exigeant par rapport à sa pratique langagière.

 

Des groupes de langage, de  7 à 8 élèves, de niveaux  hétérogènes ( vis à vis des cycles et des niveaux de langue ).

 

Travailler  par exemple sur un thème :

-           un groupe d’élèves produit un conte que le maître transcrit

-           raconte un événement qu’eux seuls ont vu

Mettre en place des situations aussi riches et diversifiées que possible, en utilisant des moyens et des supports les plus variés :

-           visites, sorties, musées, spectacles,

-           langage en situation, au cours des exercices scolaires,

-           témoignages directs,

-           interventions de conteurs,

-           lecture par le maître de contes,

-           mise en scène de pièces de théâtre.


 

L’EDUCATION CITOYENNE

 

1° Constats :

 

- enfants autonomes « à l’extérieur » par force mais peu autonomes en classe

- manque d’hygiène en général ( corporelle, vestimentaire, alimentaire,…)

- conseil des Délégués :       - fréquence trop irrégulière

                                                      - manque de formation des délégués et des enseignants

                                                      - difficultés des enseignants à s’y investir

-           Communication parfois difficile entre :

- parents/enseignants

- élèves/élèves

- élèves/adultes

 

2° Objectifs :

 

Sur l’autonomie :

- Susciter l’initiative des élèves

- Leur permettre d’assumer des responsabilités

- Eveiller et développer leur esprit critique

 

Sur l’hygiène :

 

Faire prendre conscience à l’enfant que son corps est à lui et qu’il doit et peut en prendre soin

 

Sur le Conseil des Délégués :

 

Lui donner toute son efficacité en rendant ses acteurs performants

 

Sur la communication :

 

Renforcer les liens entre tous les acteurs de la communauté éducative

 

 

3° Actions :

 

Sur l’autonomie :

-         développer les temps où l’enfant a le choix de son activité ( décloisonnement artistique, ateliers hors temps scolaire, activités pendant les récréations, …)

-         susciter dans chaque classe des séances « d’analyse critique » d’un support quelconque ( TV, radio, journal, photo, …) ou d’un événement particulier ( de l’intérieur ou de l’extérieur de l’école)

-         instaurer des moments de discussion et de confrontation sur la vie de l’école

 

Sur l’hygiène :

 

-         continuer l’action « petits déjeuners »

-         susciter des règles simples d’hygiène ( brossage des dents après le repas, lavage des mains avant le repas, le goûter,…)

-         entretenir tout au long de l’année cette sensibilisation par des jeux, des enquêtes, des exposés dans les classes

-         proposer par le biais des parents d’élèves et avec le concours de professionnels de santé des conférences en  direction des familles

 

Le Conseil des Délégués :

-         mettre en place une formation des conseillers élus (juste après l’élection) pour leur donner tous les outils pour faire vivre le Conseil

-         prévoir une réunion des deux équipes pédagogiques pour harmoniser l’approche du Conseil des Délégués, en expliquer les buts et ainsi le rendre plus performant

-         Fixer un calendrier des réunions et du Conseil en début d’année

 

 

Sur la communication :

-         prévoir une journée porte ouverte en plus de toutes les réunions de rentrée

-         impliquer les parents dans toutes les actions type sorties, visites, actions petits déjeuners,… et dans le fonctionnement de l’école ( BCD, site , …)

-         mettre en place des médiateurs-élèves pour gérer les petits conflits entre enfant


L’ACCES AUX DIFFERENTES CULTURES

 

A/. Techniques de l’Information et de la Communication :

 

1° Constats :

 

³   Les ateliers hors temps scolaire (notamment ceux mis en place par l’ATF) fonctionnent régulièrement  et sont très demandés.

³   Peu de collègues utilisent la salle avec leurs élèves.

³   La création du site permet d’ouvrir la communication vers l’extérieur, mais malgré son architecture, trop peu de travaux sont mis en ligne.

³   Les équipements sont de plus en plus nombreux (équipements de la salle mais aussi des classes).

³   Peu d’organisation de la gestion et de l’entretien des équipements.

³   Quelques enseignants peu compétents

 

2° Objectifs :

 

³   Favoriser l’accès à tous les élèves à l’outil informatique pendant et hors temps scolaire.

³   Généraliser cette pratique pour permettre de mieux personnaliser le travail des élèves.

³   Favoriser la communication écrite via Internet.

³   Poursuivre les équipements.

³   Organiser la gestion des équipements.

³   Former les enseignants

 

Moyens :

 

³   Poursuivre les ateliers hors temps scolaire (ATF, AE).

³   Aider les collègues qui le désirent à développer un projet pour leur classe.

³   Favoriser les échanges de services pour permettre l’accès à tous les élèves dans toutes les disciplines.

³   Mettre à jour régulièrement le site de l’école par les productions des différentes classes.

³   Avoir un responsable des équipements informatiques.

 

4° Evaluation :

 

³   La fréquentation de la salle doit augmenter.

³   Plus de collègues utilisent l’informatique en classe.

³   Le site de l’école est régulièrement mis à jour.

 

 

B/. Sciences et Technologie

 

1° Constats :

³   manque d’observation et de manipulation des phénomènes naturels

³   manque d’hygiène de vie

³   peu de pratique de la démarche scientifique en classe.

 

2° Objectifs :

 

L’élève doit savoir :

-       observer et manipuler le monde de la matière et le monde du vivant.

-       Identifier les conséquences à court et à long terme de l’hygiène de vie.

 

3° Moyens :

³   pratiquer des démarches expérimentales régulièrement

³   achat de matériel expérimental

³   mise en place des supports d’observation et de manipulation de phénomènes naturels quotidiens ou ponctuels (un jardin à l’école, un petit coin nature en classe, un élevage, observation du soleil… )

³   visite de milieux de vie animale ou végétale, et de bâtiments scientifiques.

³   participation aux  actions organisées par la ZEP

³   ouverture de l’école aux parents lors de colloques, de sorties, d’expériences, sur l’hygiène de vie ou autre…

 

4° Evaluation :

³   questionnaires sur les habitudes de vie des élèves, reconduits chaque année

³   contrôles écrits sur ce qui est appris et observé

³   grille d’observation ou écriture de la démarche à suivre  pour les expériences faites en classe

³   nombre d’expériences , de manipulations et de sorties effectuées

 

 

C/. Artistique

 

Constats :

³   Les enfants manifestent un intérêt évident pour ces disciplines.

³   Le fonctionnement en ateliers est intéressant par la variété des thèmes proposés et la régularité de l’activité.

³   Certaines classes participent à d’autres activités avec intervenant(e).

³   Les sorties pour des activités à l’extérieur (concerts, expositions, musées…) sont rares à cause souvent des difficultés d’organisation.

 

Objectifs :

³   Développer toujours plus la variété des activités artistiques proposées aux élèves.

³   Etendre le champ artistique à d’autres domaines et notamment le théâtre, l’expression corporelle, la danse, la musique, le traitement de l’image (vidéo).

³   Ouvrir l’école sur l’extérieur en direction d’artistes ou de pratiques artistiques et en direction des familles.

³   Valoriser les productions des élèves.

 

 

Moyens :

³   Ateliers en décloisonnement par cycles.

³   Participer aux actions proposées par la ZEP.

³   Travailler  avec des intervenants extérieurs compétents (théâtre, musique…)

³   Rencontrer des artistes.

³   Exposer de différentes façons les œuvres crées et faire visiter (affichages dans les lieux communs, mise en place d’une exposition pour faire un musée à l’école…)

 

Evaluation :

Les indicateurs seront principalement :

³   Le nombre de participants et la fréquence des ateliers artistiques.

³   Le nombre de participants aux actions.

³   La fréquence et la qualité des expositions réalisées.

³   La fréquence des sorties ou des interventions extérieures.

 

D/. Culture :

 

1° Constats :

 

³   Peu de déplacements vers des lieux culturels(spectacles, musées, expositions…)

³   Peu d’affinités avec la littérature

³   Peu de déplacements (voyages)

³   Repli sur leur propre culture  de certaines familles

³   Absence de traditions culturelles dans certaines familles

³   Population multiculturelle qui pourrait être un « plus »pour l’école

 

2° Objectifs :

 

³   Ouverture de l’école sur l’extérieur

³   Enrichissement culturel et vision plus large du monde

³   Echange culturel école-famille et famille-école

³   Approche d’une autre langue étrangère

 

3° Moyens :

 

³   Faire participer les élèves à des ateliers de pratiques artistiques (théatre, danse, musique…)

³   Se déplacer vers des lieux culturels tels que l’opéra de Toulon, Chateauvallon….

³   Assister à des manifestations culturelles telles que spectacles, expos, nuit des contes, visites de galeries de peintures , Fête du livre…)

³   Rencontrer des écrivains, des illustrateurs, chanteurs d’opéra, comédiens, sculpteurs, plasticiens, musiciens…

³   Découvrir le patrimoine culturel proche (visite du vieux Toulon…)

³   Se rendre dans un véritable observatoire et y rencontrer un astronome

³   Envisager des ateliers menés par des parents de différentes origines culturelles(cuisine, danse, musique, contes…)

³   Intégrer l’enseignement d’une langue étrangère dans les horaires de la semaine avec l’intervention de professeurs du collège ou de maîtres de l’école.

 

E/. EPS :

 

1° Constats:

 

·        Positifs:     

-       pugnacité

-       énergie

-       motivation.

·        Négatifs:

-       Esprit de compétition exacerbé au détriment du simple plaisir de jouer ensemble

-       dans les sports collectifs, difficultés à intégrer les filles: refus de les faire participer, dénigrement.

-       Dans les sports plus artistiques, les enfants du cycle 3 ont des problèmes de concentration, d’extériorisation et moins de motivation que les petits.

-       Sports collectifs au cycle 3: manque de respect pour l'arbitrage; chacun adapte ses règles à sa convenance et s'estime dépositaire du rôle de les faire respecter.

-       Mauvais esprit gagnants / perdants.

 

2° Objectifs:

 

·      Améliorer l'esprit d'équipe.

·      Travailler sur le respect des règles.

·      Améliorer l'esprit positif ( jouer pour le plaisir)

·      Diversifier et varier les activités sportives pour enrichir  la culture sportive des élèves.

 

3° Actions :

 

·      Multiplier les rencontres scolaires.

·      Instaurer des rituels de convivialité (serrer la main des adversaires, partager le goûter…)

·      Débattre à partir de sujets d’actualité sur des débordements sportifs : violence sur les stades, triche…

·      Valoriser les démarches d’entraide qui font comprendre que le succès est celui d’une équipe.

·      Elargir les items d’évaluation : récompenser la meilleure équipe aux points, mais également celle qui a le meilleur esprit d’équipe et celle qui fait preuve du plus grand esprit sportif.

·      Travailler sur les règles : inventer des jeux. (production d’écrits).

·      Responsabiliser le plus possible les élèves quant à la gestion des activités sportives et du matériel

·      Mettre en commun toutes les ressources pédagogiques. (installations, matériel…)

·      Faire un projet pour que chaque niveau s’inscrive dans une activité sportive à l’extérieur de l’école. Par exemple, piscine pour le cycle 2, patinoire pour les CE1, vélo pour les CE2, randonnée ou escalade pour les CM1, voile pour les CM2.

 

 

4° Evaluation :

 

·    Prévoir une évaluation spécifique du comportement et de l’esprit sportif dans une activité, en plus d’une évaluation classique des résultats.

·    Evaluation par le maître, par les enfants et auto-évalution.

 

 

 

L’aménagement du temps et de l’espace scolaire

 

1° Constats

Matériels : L’état de nos deux écoles qui datent de 1903 est préoccupant…pourtant l’aspect de l’Ecole est très important d’une part par rapport à l’image de marque qu’il renvoie vers l’extérieur et d’autre part auprès des usagers au premier rang desquels les enfants qui passent parfois plus de 9 heures par jour dans ces locaux qui ne présentent pas à l’heure actuelle toutes les caractéristiques attendues d’un établissement accueillant des enfants : les murs et les peintures sont très dégradés, les huisseries sont en mauvais état, le mobilier est souvent vieux ou abimé… les travaux demandés par les deux directeurs constituent une liste d’une longueur impressionnante.

Pourtant on demandera aux élèves de respecter la propreté des lieux, d’être calme et attentif aux consignes alors que leur environnement quotidien ne les y incite pas naturellement…

 

Pédagogiques :

-         diversité des rythmes d’apprentissage des élèves

-         manque de motivation et d’attention en classe

-         peu de sorties familiales

-         richesses pédagogiques insuffisamment exploitées

 

2° Moyens :

 

a . Ouverture de l’école sur l’extérieur

 

Les caractéristiques de l’habitat amplifiées par la proximité immédiate de la voix ferrée, de l’autoroute, de la route nationale et de divers échangeurs autoroutiers ou carrefours présente la particularité pour ces enfants, d’un cadre de vie urbain sans espaces de découverte et d’épanouissement autres que ceux traditionnellement mis à contribution : aires de jeux, couloirs et cages d’escaliers, stade et cour d’école.

 

Bien consciente de cette situation, l’équipe pédagogique du groupe scolaire a souhaité développer un axe particulier dans le cadre du projet d’école : celui de l’ouverture de l’école sur l’extérieur.

Offrir aux élèves qui nous sont confiés la possibilité de découvrir un « ailleurs » est un challenge pédagogiquement  enrichissant. En ouvrant l’éventail des possibilités, on crée une multitude de situations d’apprentissages et de réinvestissements ; celles-ci permettant un travail en classe, en amont et/ou en aval de l’activité.

 

Les activités les plus diverses peuvent utilement servir de support, on peut citer, à titre d’exemple, parmi celles-ci :

-         Les classes de découverte : neige, automne, verte, mer…

-         Les rencontres sportives dans le cadre de la ZEP, de l’Usep…

-         Les visites de musées : marine, Balaguier…

-         Les lieux chargés d’histoire : châteaux, monuments…

-         Les sites intéressants : Opéra, Faron, Porquerolles, rade…

-         cette liste n’étant pas restrictive.

 

Le maître aura préalablement réfléchi aux pré requis et aux prolongements auxquels conduiront la sortie et l’activité, les aspects transdisciplinaires seront privilégiés. La notion d’éducation à la citoyenneté notamment, car en ouvrant l’école sur l’extérieur c’est aussi l’enfant que l’on éveille à la découverte et au respect de l’autre.

Notre site internet sera ainsi régulièrement mis à jour en se basant sur l’expérience collective de chaque classe, le journal scolaire sera également un support privilégié pour relater ces activités.

Le maître veillera dans le respect de la réglementation en vigueur à ce que les conditions de sécurité soient systématiquement assurées.

 
b. Compléments de polyvalence :

 

En fonction de leurs compétences particulières, des enseignants du groupe scolaire peuvent se charger de l’enseignement de telle ou telle matière (EPS, anglais, histoire…) en accord avec un autre collègue. Cette organisation permet un respect accru des horaires officiels des matières dites d’éveil et de préparer les enfants aux échanges de professeurs qu’ils rencontreront à leur arrivée au collège.

Pour maintenir l’unité du groupe classe et de la relation psychologique privilégiée avec son enseignant, nous avons choisi de limiter ces différents échanges à 3 heures au maximum.

 

c. Ateliers d’éveil :

 

Les enfants s’inscrivent sur la base du volontariat pour une période de 4 ou 8 séances dans un atelier à dominante artistique ou manuelle parmi ceux proposés par les adultes. La fréquence de ces ateliers est d’une séquence d’une heure par semaine.

Lancés depuis deux ans, au sein de chacun des 2 cycles, ils rencontrent une forte motivation des enfants. La conserver et la transférer sur les autres activités plus scolaires est un des enjeux.

 

d. Interclasse :

 

Pendant les récréations et la cantine, les aides-éducateurs proposent aux enfants par petits groupes des activités ludiques qui permettent de canaliser l’énergie, de proposer des actions nouvelles, de nouer un contact avec des enfants qui peuvent avoir besoin de parler…

Ces activités permettent aux élèves de mieux s’impliquer ensuite dans leur travail scolaire et de se détendre sereinement…

 

e. liaisons Maternelle / CP et CM2 / 6° :

 

            De nombreuses pistes de réflexion existent pour favoriser ces deux liaisons, les équipes pédagogiques s’attachent à rechercher les occasions tout au long de l’année pour intégrer cette dimension dans la dynamique de leurs actions. (correspondance, visites, éducation à la santé…)


Conclusion :

 

Fruit d’un gros travail de l’équipe pédagogique des 2 écoles du Pont-Neuf, cet important  projet bâti sur les constats effectués par les enseignants a tenté de faire le tour des pistes à explorer pour que chaque élève ait toutes les chances de réussir sa scolarité. Il tient compte des moyens humains et matériels à notre disposition sans préjuger des évolutions qui pourront intervenir et qui conduiraient éventuellement à des ajustements.

Au terme échu des trois années, un bilan devra être effectué qui pourra s’appuyer sur ce document et sur les évolutions constatées positives et/ou négatives afin de tracer de nouvelles orientations.

 

Au delà des mots, il est le reflet d’une volonté indéfectible des enseignants et de l’Ecole à continuer d’être les vecteurs des valeurs républicaines et des connaissances à transmettre pour que chaque élève, avec ses capacités, ses qualités, ses différences… puisse être demain un Citoyen responsable et actif.